C’est le Précis du mardi, et ça veut dire un autre super article de WFJDR rédigé par Ben Scerri, auteur chez Cubicle 7 ! Cette semaine nous allons discuter créatures ! Faites-nous part sur Discord de vos créations de créatures pour vos parties, et régalez-nous avec leurs aventures !  

Vous revoilà ! Salut tout le monde, je suis Ben Scerri, et je suis ravi de vous parler à nouveau de WFJDR ! Cette fois, je vais m’attaquer au bestiaire, et vous expliquer les différentes méthodes dont je me sers pour créer des créatures en toutes circonstances. C’est parti !

Quatre manières de créer un monstre(-ueux félin)

Alors que le bestiaire du livre de base renferme une grande quantité d’options, suffisantes pour de nombreuses sessions, une vérité résonne dans tout le Vieux Monde… Il n’y a jamais assez de monstres ! Mais un nombre incalculable de créatures à peine différentes les unes des autres ne serait pas non plus l’idéal, donc (comme pour tout le reste de la 4e édition) nous avons préféré mettre à disposition une boîte à outils, plutôt qu’une liste exhaustive. Nous vous avons proposé tout ce dont vous aurez besoin pour créer vos propres ungors, ou pour bricoler quelque chose d’encore plus gros…

Mais il y a plus d’une façon de créer un monstre à Warhammer. En fait, à mon avis, il y en a quatre…

La méthode relooking

Les créatures sont, intentionnellement, très simples dans la 4e édition ; une poignée de statistiques et quelques Traits. Ce qui fait vraiment le monstre, c’est la description du MJ… La première méthode pour les créer, c’est d’en prendre un déjà existant et en parler différemment !

Prenons un orc tout simple : si nous regardons sa description page 325, nous avons une créature avec beaucoup d’Endurance, un Corps-à-corps raisonnable, de la Force, de la Force Mentale, et pas grand-chose dans tout le reste. C’est aussi une créature avec une bonne armure, pas très obéissante, et qui a la mauvaise habitude de ne pas savoir quand il faut mourir… Ça marche parfaitement pour un orc, mais ça pourrait aussi bien aller pour un mutant excessivement musclé, ou une sorte de gorille à peau épaisse de Lustrie !

Les Traits de Créature se plient à la description du MJ, donc au lieu de décrire des créatures exactement comme dans les règles du livre, n’hésitez pas à leur attribuer une nouvelle image haute en couleur, et parlez d’un orc comme d’un gorille !

La méthode à la carte

Chaque créature apporte aussi son lot de Traits facultatifs. Ce ne sont pas les seuls Traits qui peuvent s’ajouter à la liste normale, mais ils semblent les plus logiques et pourraient convenir mieux que d’autres. Placer une ou plusieurs créatures similaires dans un groupe est un bon moyen d’en démarquer une spéciale, peut-être le chef, ou un lanceur de sort par exemple, parmi des monstres quelconques.

Revenons-en à notre orc. Ses Traits facultatifs sont Insensible à la douleur, À distance +8 (50), et Taille (Grande). S’il y a quatre orcs, nous pouvons en prendre un pour incarner un chef de guerre massif en le rendant le plus gros (Taille [Grande]) ; un pour être un archer rusé, armé d’un arc et de flèches (avec À distance +8 [50]) ; un autre peut être un orc ordinaire ; et le dernier peut être un orc sauvage, loin de chez lui, recouvert de peintures de guerre bleues qui-fé-pas-mourir (le Trait Insensible à la douleur) ! En plus de cela, toutes les créatures peuvent bénéficier des Traits standards de la page 310. Donc, un orc est peut-être aussi Brutal (ou ils sont tous Brutaux !), un autre est Élite (un orc noir, pourquoi pas), un autre est un Meneur, ou porte une Arme différente (Kikoup !).

Et rappelez-vous, les Traits facultatifs sont loin de constituer une liste exhaustive de tout ce qui peut être attribué à une créature. Il peut y avoir un orc chamane (avec les Traits Magique et Lanceur de sorts). Un orc sauvage se trouve peut-être dans le tas (avec les Traits Frénésie et Protection [9+]). Ou encore un orc alchimiste complètement fou, couvert de fioles de poisons mortels et d’acides horribles (avec les Traits Venin et Sang corrosif) !

En plus, la méthode à la carte peut être utilisée conjointement avec la méthode relooking, juste avant. Ça peut rendre les Combats plus faciles pour les MJ, ils n’ont qu’à consulter un seul tableau de statistiques, mais peuvent décrire beaucoup de monstres différents, ou créer de nouvelles créatures avec très peu de préparation.

Avec la méthode à la carte, vous pouvez choisir dans la liste des Traits (ou inventer les vôtres) pour rapidement générer des créatures drastiquement différentes !

La méthode avec modèle

Ensuite, il y a la méthode avec modèle, qui consiste à prendre une créature similaire à ce que nous voulons, et à la modifier pour qu’elle paraisse différente. 

Regardons à nouveau notre si humble orc : retirons le Trait Belliqueux des orcs, et mettons à la place le Trait Rusé. Maintenant, remplaçons le Trait Vision nocturne par Souffle 2 (Électricité), et nous pourrions aussi échanger Infecté par Démoniaque 8+.

En partant d’une peau-verte ordinaire, avec trois petits changements, nous obtenons une terrible nouvelle créature de l’Armée des Dieux du Chaos !

Mais ce n’est pas tout ! Nous pouvons aussi modifier au besoin quelques chiffres  ; intervertir la Force et l’Endurance pour le rendre plus brutal, mais plus facile à abattre; échanger la Force Mentale et la Sociabilité afin de créer un séduisant soldat du Prince des excès ; ou encore l’Intelligence et l’Initiative pour en faire une sournoise terreur de Tzeentch, à l’œil de lynx !

Quand vous combinez ce genre de modification avec une pleine liberté de description (comme dans la méthode relooking plus haut), vos joueurs ne sauront jamais s’ils affrontent une chose horrible, ou ce qui n’était encore qu’un orc tout simple, peu avant le début de la partie.

La méthode par Carrière

Ce qui nous amène à la dernière méthode pour créer une créature : la méthode par Carrière. Celle-ci est un peu plus évoluée, mais vaut la peine si la créature doit devenir un ennemi récurrent, ou si vous voulez créer quelque chose qui va mettre au défi les Personnages. Pour ce faire,nous allons simplement traiter une Créature comme un Personnage. Choisissez-lui une Carrière, et commencez par lui donner des Augmentations ! Faites donc d’un orc un Gladiateur. Ou peut-être vos orcs forment-ils une escouade d’élite d’orcs noirs en combinant plusieurs Carrières du cheminement du Soldat !

Ces Carrières n’ont même pas besoin d’avoir un sens, dès le départ. Envisagez d’envoyer votre orc chamane dans un Collège comme un Sorcier ! Peut-être sont-ils tombés sur un ancien livre de connaissance magique, et en ont appris bien plus qu’ils ne devraient ! Peut-être ont-ils été corrompus par un effroyable artefact, et ont reçu, grâce à cela, de nombreuses Augmentations dans la Carrière de Sorcier dissident.

Les créatures peuvent prendre des Compétences et des Talents comme tous les Personnages, alors n’hésitez pas à y aller à fond. Donnez-leur autant de PX que nécessaire, entre 500 et 1000 pour un bon niveau de défi contre des Personnages débutants. Ensuite, accordez-leur plus de PX à mesure que les parties avancent. Vous pouvez carrément monter toute une campagne pour empêcher que de nouvelles connaissances tombent aux monstrueuses mains de créatures : si les Personnages réussissent, leurs ennemis demeureront ignorants, mais s’ils échouent, tous les orcs apprendront  le Talent Coude-à-coude !

Si vous voulez vraiment aller plus loin, vous pouvez aussi envisager d’attribuer aux Créatures quelques activités comme peuvent le faire les Personnages… mais nous verrons cela dans un prochain article.

Description, Description, Description

Comme vous l’avez vu, vous pouvez vous impliquer autant que vous le souhaitez dans le processus de création de nouvelles créatures. Vous pouvez imaginer de tout nouveaux Traits, ou simplement en prendre dans la sélection qui est proposée, en piochant au hasard, et prendre ceux qui collent le mieux, ou donner vie à une némésis pour les Personnages, qui durera jusqu’à la fin de l’aventure… Mais finalement, la meilleure chose à faire, c’est de faire varier vos descriptions. Imaginez les plus horribles, brutales, vulgaires, atroces, cauchemardesques, infernales, répugnantes, obscènes, morbides, malveillantes choses que votre cerveau peut engendrer, et appréciez l’expression sur les visages de vos joueurs lorsque vous demanderez une Initiative !

N’oubliez pas de partager sur nos réseaux sociaux vos préférences de création des créatures de vos parties, les liens se trouvent en haut de l’article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.